La viande bovine : un effet boeuf !

apaqwUne diététique séduisante

Souvent décriée, la viande de boeuf demeure cependant diététiquement séduisante à bien des égards. Utile à la croissance de l´enfant, elle allie aussi gastronomie et santé chez l´adulte si elle est consommée a sa juste mesure. Saignant ou à point, le boeuf est donc toujours à la mode…
Au rayon lipides, la première surprise est de taille. La majorité des morceaux de viande de bœuf contiennent souvent moins de 5 % de matières grasses.

Et ce, quel que soit leur mode de cuisson : grillé, bouilli, rôti, braisé… Seuls les morceaux moins « nobles » comme les carbonades ou le ´steak haché, par exemple, offrent des teneurs en matières grasses supérieures et, d´ordinaire, très variables pour le hachis, selon la consistance voulue. Par ailleurs, les niveaux de consomation actuels expliquent aussi pourquoi la contribution de la viande de boeuf aux apports journaliers en graisses demeure, contrairement à une idée reçue, relativement modeste. Enfin, il convient aussi de rappeler que la plupart des morceaux véhiculent, pour près de la moitié de leur profil lipidique, des bons acides gras insaturés.

Un bon coup de fer

article-apaqAutre atout non négligeable de la viande bovine: son apport en fer. A elle seule, elle constitue l´une des premières sources de fer aisément assimilable de notre assiette. En effet, le fer (hémi­ nique) qu´elle contient est absorbé de manièrere 4 à 5: fois plus importante que le fer (non héminique) contenu dans la majorité des aliments (à l´exception des oeufs et du poisson). De plus, la viande de boeuf améliore l´absorption du fer d´un repas, en maximalisant l´assimilation du fer contenu dans les autres aliments. Derniers attraits nutritionnels, et non des moindres, de la viande de boeuf: son apport optimal en protéines de haute qualité, sa contribution aux apports en zinc et en sélénium, ainsi que sa participation active à la couver­ ture des besoins en vitamines du groupe B. Autant de nutriments qui prennent part à la croissance du jeune enfant et au maintien de notre forme physique et de notre tonus musculaire au quotidien. De quoi justifier sa place, en quantités adéquates, dans une alimentation équilibrée.

Filière

La viande bovine dans notre pays, c´est avant tout des animaux de race Blanc Bleu Belge (mâles ou femelles), dont les qualités viandeuses sont internationalement reconnues, ainsi qu´une production en filière respectueuse du travail de chacun et du bien être de l´animal. Celle-ci s´organise sur base d´un cahier des charges socle appelé «Blanc Bleu Qualité Supérieure» auquel, se raccrochent une série de marques privées ou de distributeurs (voir les logos ci-dessous). La présence de « Blanc Bleu Qualité Supérieure» ou des marques ci-après est le gage d´une qualité contrôlée et garantie par un organisme certificateur indépendant.

Suggestion de chefs

Une attention particulière doit être réservée aux modes de cuisson de la viande bovine. Trop souvent, ils privilégient les sauces qui font passer la viande. Or, viande généreuse par excellence, la viande bovine exprime déjà toute sa saveur lorsqu´elle est simplement rôtie, grillée, poêlée ou sautée dans peu de matières grasse, voire cuite à l´eau dans un bouillon aromatique. Une autre règle d´or est également de toujours servir une quantité de viande inférieure à celle de l´accompagnement constitué de légumes et de féculents. Enfin, pour éviter qu´elle ne perde toute son eau à la cuisson, il est déconseillé de saler avant de la cuire tout comme ne pas oublier de bien la saisir.

Quelles quantités donner à mon enfant ?

Des quantités adaptées à son âge! Que ce soit à l´école ou à la maison, les quantités de viande servies aux enfants dépassent régulièrement ses besoins réels. Or ces besoins sont différents de, ceux d´un adulte et varient beaucoup, d´un enfant à l´autre, tout en évoluant, bien sûr, en fonction de l´âge. Idéale­ment,la portion de viande d´un petit de 4 ans devrait être environ deux fois plus petite que celle d´un enfant de 12 ans. À titre indicatif, à cet âge, une portion de 5o g de viande ou de poisson ou 1 oeuf par jour suffit, alors que vers 12ans, on peut compter raisonnablement près du double.

 

Source : apaq-w.be

apaq-w